1 pauvre sur 4 meurt avant la retraite

Pour nous soutenir, rejoignez-nous sur Osons Comprendre :) https://www.osonscomprendre.com

SOURCES :

Survie par âge hommes et femmes

Voici le graphique qui donne les survivants par âge pour toute la distribution des revenus. Il est tiré des “Tables de mortalité” de l’INSEE.

Ce graphique montre les probabilité de survie à chaque âge pour les hommes les plus riches (D10) et les plus pauvres (D1). Il y ajoute deux catégories : les revenus modestes (D2-D3) et les revenus « moyens » (D4-D9). Le graphique prend donc en compte l’ensemble de la distribution des revenus.

Le graphique pour les femmes, réalisé à partir des mêmes données INSEE est ici :

Les revenus sont ici donnés en « niveau de vie ».
Le niveau de vie est le revenu disponible après impôts. Il est donc très comparable au « pouvoir d’achat ».
Voici les niveaux de vie moyens correspondants à chaque catégorie de revenu mise en exergue :
D1 : 614 € par mois.
D2-D3 : 1 068 € par mois
D4-D9 : 1 878 € par mois
D10 : 4 553 € par mois

On voit donc que les personnes au SMIC, sans heures supplémentaires, se trouvent dans la catégorie “modestes”.

 

Les pauvres partent le plus tard à la retraite

 

Une étude statistique de 2015 faite par la CNAV, la caisse qui gère le régime général des retraites, nous montre (page 14) un fait angoissant que récapitule ce graphique :

CNAV

Les 25% de personnes les plus pauvres, appartenant donc au premier quartile des revenus, sont celles qui partent le plus tard à la retraite.

 

Les écarts d’espérance de vie n’ont pas diminué

 

Une étude INSEE Première de 2016 nous montre que l’inégalité d’espérance de vie à 35 ans entre cadres et ouvriers n’a pas diminué depuis 1976.

Esp vie cadre ouvrier 1976 - insee 2016

 

Macron supprime les critères de pénibilité

 

A son arrivée au pouvoir en 2017, Macron a supprimé, dans ses ordonnances travail, plusieurs critères de pénibilité. Le magazine Basta ! récapitule tout ça dans un article dont on vous cite la partie qui nous intéresse :

“Un premier retour en arrière a lieu en 2017, avec les fameuses ordonnances prises juste après l’élection d’Emmanuel Macron. Plusieurs critères de pénibilité sont tout bonnement supprimés : exit le port de charges lourdes (129 800 personnes concernées en 2016), les vibrations (46 100 personnes), les postures douloureuses (86 800 personnes) et la présence d’agents chimiques dangereux (43 400 personnes exposées). Ce qui met de côté près de 300 000 personnes en tout, principalement des ouvriers, travaillant dur mais se retrouvant exclues d’un départ anticipé en retraite.”

8 commentaires

  • Djebali Karim dit :

    Soutient total il faut continuer c est très important pour instruction de la population qui n ont pas pu le faire par l école

    Merci

  • Paul dit :

    Bonjour
    Je trouve ces statistiques très intéressantes
    Cependant, il serait important de montrer les causes de mortalités sur les 20-60 ans pour comprendre pourquoi ?
    La consommation de tabac, d’alcool, le diabète, l’obesite et l’accidentologie routière sont aussi sûr représentés dans ces catégories « pauvres »

    Du coup, quel est le poids relatif du travail et de la pénibilité dans la baisse d’espérance de vie ?

  • Laurent dit :

    C’est inquiétant de voir que l’on cherche toujours des causes sur la mortalité plus précoce des pauvres . Jamais on ne pense pourquoi une fois notre naissance on nous impose autant d’injustice avec un système qui pousse les plus faibles à mourir plus tôt!

    • Paul dit :

      @laurent tout simplement parce que corrélation n’est pas causalité. Si on veut corriger cet état de fait, il faut bien identifier les causes de cette surmortalité.
      Et puis, si c’est pour dire il faut améliorer la retraite, vous ne corrigez pas le problème c’est simplement un palliatif à la fin.

  • Henrotay Marion dit :

    Attention avec les statistiques et les graphiques.

    DANS les 10% des HOMMES (pas les femmes) les plus pauvres (qui gagnent en moyenne 614€/mois), 1 homme sur 4 mourra avant la retraite.

    C’est complètement différent que dire dire qu’1 pauvre sur 4 meurt avant la retraite. Mais ça fait surement plus vendeur.

  • Fabien dit :

    En même temps, c’était un peu le projet de base du CNR. Non ?

    Un âge de départ fixé à 65 ans en 1945. Une espérance de vie moyenne des travailleurs de 63 ans en 1950. Et de 57 ans pour les ouvriers. C’était mécanique. Partir 8 ans après l’espérance de vie faisait que 96% des ouvriers allaient cotiser toute leur vie pour ne jamais toucher un centime de retraite. Sauf bien sûr s’ils avaient cotisé à une des caisses structurellement déjà déficitaires mais déjà financées par le reste de la population (donc par les ouvriers qui allaient mourir au travail).

    Mais dormons tranquille, c’était super social puisqu’il y avait des communistes dans le CNR.

    Et puis ça a permis à ma grand-mère instit de partir à la retraite à 50 et d’avoir déjà eu 39 ans de vacances consécutives avec une pension valant deux fois son salaire moyen de carrière ; pour 28 ans de cotisation (22 en comptant les congés mat’). C’est top. Non ? Bon, ça a été prélevé sur les cotisations de ses 7 frères et cousins – ouvriers agricoles, du bâtiment et de l’automobile – qui sont tous morts avant d’avoir pu toucher une retraite. Mais c’est top pour elle. Non ?

  • Padré dit :

    Vous voulez touchez votre retraite et pas mourir d’un cancer ou d’un diabète avant? Oubliez les stats, suivez ce régime alimentaire : Pas de viande, pas de vaccin ou automédication, pas de laitage, pas de cigarette, pas d’alcool ou autres drogues, manger équilibrer sans se gaver, faire du sport régulièrement… Régime de milliardaire parfait et ça fonctionne ;)

Répondre à Laurent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *