Qui sommes-nous ?

ludo-torbey

Ludo Torbey

Qui je suis
J’ai 28 ans et viens  de Strasbourg (67 représente !). J’suis le fils d’une sage-femme alsacienne et d’un gynéco libanais. J’ai grandi dans une chouette maison familiale qui a, très vite (aux environs du CE1), commencé à ressembler à une auberge espagnole où tous les copains sont les bienvenus. Autant vous dire que le cadre était idéal : une maison, une famille accueillante, des potos et de la bouffe prête à toute heure. Voilà pour le contexte !

J’ai fait des études de philo et de socio. J’me suis distingué en ratant les concours de recrutement de l’Éducation Nationale dans ces deux matières. J’ai même réussi à me taper un 0 éliminatoire à l’épreuve orale « Agir en fonctionnaire éthique et responsable »  – on doit pas être beaucoup en France à s’être fait refouler comme ça. Parlons de mes influences intellectuelles, qui comptent beaucoup plus qu’un parcours universitaire. Mes maîtres – loués soient-ils :) – sont Marx, Bourdieu, Spinoza, Hegel, Lacan et Rancière. Si vous me faîtes parler ou assez longtemps, ou de choses assez abstraites, on croisera vite un de ces gugusses !

Que faut-il savoir sur moi pour se faire une idée du personnage ? Je kiffe le foot et le rugby. Mais vous emballez pas, j’suis un défenseur exclusif. Je n’ai jamais franchi la ligne en 12 ans de rugby et préfère mille fois un tacle glissé ou une bonne protection de balle à un grigri brésilien :)). J’ai un goût très prononcé pour les jam sessions, le groove et la musique d’Orient.  J’suis un féru d’autostop et un sérieux pilier de comptoir. J’adore couper des oignons, faire la bouffe et manger les trognons de pomme. Vous m’entendrez souvent faire des blagues racistes ou de l’humour noir (je sais c’est pareil, haha :) ). Et, comme si ça suffisait pas à me rendre relou, je (contre)pète avec entrain. Bon, si je devais me résumer en une formule : je suis un joufflu souriant monomaniaque de la bouche. Je mange, je bois, je fume, je lèche ou parle quasiment tout le temps ! Et toujours avec le sourire ! :)

On n’allait pas se quitter sans parler d’une de mes passions fondamentales : la politique. Rapide tour d’horizon pour que vous voyiez le problème :). En CE2, je voulais faire un exposé sur la réforme des retraites de Juppé ; le 21 avril 2002 avec les copains on ambiançait le collège pour sortir manifester (bon, ok, boire des bières et fumer des pet’). Vous imaginez bien qu’après ça, j’me suis, très vite, engagé dans des partis. J’en suis très largement revenu depuis mais,  des blablas aux votes de motions reloues, des manifs aux AG étudiantes, des blocages aux collages d’affiches, on peut dire que j’ai eu une sérieuse formation au militantisme politique conventionnel. De tout ça, je dois bien avouer que j’ai gardé un truc (au moins) : mon amour inconditionnel pour ce mélange d’autostop et de drague politique qu’est la distribution de tracts  :) 

Voilà, je pense qu’avec ça, vous avez de quoi vous faire une idée du gugusse que je suis.



stephane-lambert

Stéphane Lambert

Qui je suis
J’ai 29 ans. J’ai passé mon enfance à Paris et ai grandi ensuite à Fontenay-sous-Bois dans le 94 (banlieue rouge old school représente!). Ma mère est traductrice et mon père architecte. Je tiens de mon père le goût pour les jeux de mots pourris que vous pouvez lire au générique :) 

J’ai fait des études de philo et de socio à l’ENS Cachan. J’ai ensuite bifurqué vers la psychologie évolutionnaire pour varier les plaisirs. C’est moi qui vais vous parler de décisions démocratiques dans des tribus paumées en Amazonie, de l’altruisme chez les bébés et de la sexualité des grands singes. A côté d’Osons Causer, je finis une thèse à l’ENS sur l’évolution de la coopération et du statut social dans l’espèce humaine.

Je suis un immense amateur de pinard et de bonnes choses en général. Par exemple, je mène un combat essentiel pour remplacer toutes les tisanes par une herbe chinoise qui va vous faire vivre 1000 ans : le gynostemma (bon, ok, c’est pas gagné !). Au grand désarroi de Xav, je n’ai regardé qu’un Star Wars (pas taper !). J’aime particulièrement Lisbonne, l’Italie et l’Allemagne de l’est (Berlin, Leipzig!)… oui, l’ouest, j’aime moins :).

Mon intérêt pour la politique intéressante remonte à très loin. Je lis le Diplo depuis mes 14 ans (oui, j’me faisais chier et ça me faisait m’sentir intelligent) et ai découvert Bourdieu à 15 ans en allant voir à sa sortie La sociologie est un sport de combat dans une minuscule salle vers Beaubourg. Cette précocité intellectuelle avec Bourdieu a, je crois, rendu Ludo définitivement jaloux :)

Et comme Xav, j’ai pas mal pioché hors de l’universitaire : du développement perso aux vidéos trouvées par hasard sur youtube ou en discutant avec des potes, on s’est pas mal demandé ce qu’on voulait faire de notre vie. D’ailleurs parfois, on se demande toujours :)



xavier cheung

Xavier Cheung

Qui je suis
J’ai 27 ans et j’ai grandi à Paris dans une famille d’immigrés chinois. Mes parents tiennent un resto à Viroflay dont les restes garnissent le frigo. Mon enfance était trimballée entre Saint-Germain-des-Prés et Porte de la Chapelle. Puis, comme il se devait, la famille et le frigo ont migré vers leur lieu naturel : le 13ème.

Après avoir lancé un site de fans de Kyo à 14 ans (oui oui, vous pouvez rigoler :)) j’ai poursuivi ma trajectoire de geek dans le poker. Pendant deux ans, j’étais joueur pro avec Alexandre Luneau qui, lui, a continué (depuis, j’me retrouve obligé de faire des vidéos avec un barbu joufflu, la vie est cruelle). J’ai découvert Marx par Fight Club et la philo par Matrix. Je partage avec Stéphane le kiffe de l’Italie et de Lisbonne.

J’ai mis fin à ma période poker pour m’intéresser au monde. J’ai entamé des études de philo qui m’ont beaucoup rapproché avec la pensée de l’écologie. Ensuite, j’ai pas mal tâtonné. J’ai voulu entrer en master à Sciences Po, puis faire prof de SES, et même préparer les concours d’écoles de journalisme. Vous me direz, Osons Causer, c’est un peu tout ça ! 

Contrairement aux deux autres larrons, je n’ai pas d’intérêt précoce pour la politique, j’y suis venu sur le tard. Mon adolescence était rythmée par la lecture de bouquins de développement personnel et de psychologie. Tout fort de leurs conseils et armé d’un chapeau rassurant, je me suis mis à aborder des filles dans la rue quand les hormones ont commencé à me titiller. Depuis, j’ai arrêté le chapeau. :)


Comment on s’est rencontrés ?

Ludo et Steph : Tous les deux fils d’une Geneviève, nous nous sommes rencontrés sur la montagne d’un même nom. Ça, c’est la version pompeuse pour dire qu’on s’est rencontrés en touristes, au fond d’une salle de classe, à la prépa BL (Lettres et sciences sociales) du lycée Henri IV de Paris. Au même moment et au même endroit, Xav se faisait virer de sa 2eme seconde après avoir donné à sa classe le sujet du dernier contrôle de l’année.

Xav et Steph se sont rencontrés plus tard par l’intermédiaire d’un ami d’enfance de Steph, lui aussi amateur de chapeaux (on verra si vous suivez). 

Comment s’est opérée la jonction qui a donné naissance au projet ?

Ludo, après ses échecs aux concours, s’était mis dans la tête de contribuer à la pensée universelle en écrivant un livre sur la « compréhension » (c’est un de ses dadas philosophiques). Le hic, c’est que c’était pas très compréhensible. 
Xav voulait, lui, lancer une chaîne Youtube de vulgarisation de sciences sociales et de formation de l’esprit critique. Steph, observant tout ça de l’extérieur, s’est dit que ça sentait bon et que ça valait le coup de réunir les loustics pour oser causer.
Ludo est venu squatter l’appart de Xav et Steph et, après quelques mois de café Najaar cardamome, de bourguignons mijotés et de blablas interminables, le projet a pris forme.