Europe : 4 idées reçues

Pour nous soutenir, merci :) http://bit.ly/tipeeeosonscauser

SOURCES :

            [ L’EUROPE C’EST LA PAIX ]

La Longue Paix :

            L’idée a été élaborée par l’historien américain John Gaddis. Elle montre que, pour les pays les plus développés du monde, l’ère post seconde guerre mondiale est une ère de paix. Les deux blocs et la dissuasion nucléaire relègue les guerres aux périphéries. Aucun des grand acteur n’a plus intérêt à se battre contre son égal.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_Paix

Un Ted Talk de Steven Pinker spécialiste du déclin de la violence dans le monde : https://www.ted.com/talks/steven_pinker_on_the_myth_of_violence?language=fr

 

            [OU L’UE OU LES NATIONS FORTERESSES ]

L’espace économique européen :

            Là, il faut bien comprendre que l’Union européenne n’est pas la seule construction institutionnelle en Europe. L’espace économique européen est un traité, séparé de ceux de l’UE, organisant le libre-échange dans en Europe. L’Islande, la Norvège et la Suisse commercent librement avec l’UE grâce à cette entité (l’EEE) sans pour autant faire partie de l’UE. La Suisse garde même des coopérations encore plus « à la carte » avec l’UE.

            C’est probablement vers un compromis de ce type que se dirige le Royaume-Uni après le Brexit.

            Bref, l’Union Européenne est loin d’être l’alpha et l’omega de tous les rapports entre les nations européennes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Espace_%C3%A9conomique_europ%C3%A9en

 

            [ L’EUROPE C’EST LA COOPERATION ]

La Politique Agricole Commune (PAC) :

            La PAC est surement la politique de coopération européenne la plus aboutie de l’UE. Elle organise les transferts d’argent entre pays producteurs et pays consommateurs de denrées agricoles. Chaque année, elle distribue plus de 43 milliards d’euros entre les Etats. La France a longtemps été le plus grand bénéficiaire.

Voici le document officiel présentant le budget de la PAC. IL est affreux !! Leur jargon est tellement indéchiffrable qu’on vous traduit l’affaire. La PAC, en novlangue européenne, ça s’appelle le  “Fond européen agricole de garantie” et ça représentait 43 milliards d’euros annuels en 2014.   http://bookshop.europa.eu/fr/cadre-financier-pluriannuel-2014-2020-et-budget-2014-de-l-ue-pbKV0413055/downloads/KV-04-13-055-FR-C/KV0413055FRC_002.pdf?FileName=KV0413055FRC_002.pdf&SKU=KV0413055FRC_PDF&CatalogueNumber=KV-04-13-055-FR-C

AIRBUS :

            Airbus, c’est une aventure industrielle entre deux Etat, la France et l’Allemagne. Sans les forces vives et la volonté politique de ces deux pays, il n’y aurait pas eu d’avionneur européen. On ne va pas vous bassiner avec l’histoire de l’entreprise EADS, mais cet article est concis et vous fera percevoir cette histoire :

https://www.lesechos.fr/22/01/2003/LesEchos/18828-013-ECH_airbus—une-histoire-d-hommes-et-d-etats.htm

Le calvaire des Grecs :

            Tout le monde se rappelle les titres des presse d’il y a quelques années. Tout le monde a dans un coin de sa tête la souffrance du peuple grec, mis à genou par la crise et l’austérité absurde que l’UE lui a imposé.

            Nous avons consacré un long travail de recherche et une de nos premières vidéos au calvaire des Grecs. Nous vous renvoyons donc aux sources des cette vidéo pour bien comprendre l’ampleur des sacrifices que la Grèce a eu à consentir.

http://osonscauser.com/grece-dette-illegitime-austerite-inefficace-guerre-de-leurogroupe-blabla-06-osons-causer/

            Le FMI et la dette irremboursable :

Laissons le rapport du FMI parler, il est limpide : « La dette grecque est totalement intenable. Même avec une application pleine et entière des réformes approuvées dans le cadre du programme [d’aide, NDLR], la dette publique et les besoins de financement vont devenir explosifs sur le long terme »

http://www.rfi.fr/europe/20170128-grece-fmi-dette-intenable-rapport-confidentielle-mesures-credibles-zone-euro

 

            [ L’EURO UN ATOUT POUR L’EUROPE ]

            Beaucoup d’économistes pointent les défauts de l’euro. Les plus connus en France sont surement Frédéric Lordon et Jacques Sapir. Nous allons ici nous concentrer sur les analyses d’un prix Nobel américain, l’économiste Joseph Stiglitz.

            Nous vous recommandons grandement de jeter un coup d’œil à cette fiche de lecture qui résume clairement son livre sorti en septembre dernier : L’Euro : Comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe  .

http://www.opee.unistra.fr/spip.php?article346

Les statistiques de croissances et leur commentaire par Piketty :

http://piketty.blog.lemonde.fr/2016/01/08/2007-2015-une-si-longue-recession/

            Les statistiques de croissance entre la zone euro et les US sont tirés de ce billet de blog de Thoams Piketty. En janvier 2016, Piketty déplore que la zone euro, handicapée par le Pacte de stabilité et l’intransigeance allemande, ne se soit pas engagée dans la même politique de relance économique que les Etats-Unis. En creux, on peut y deviner les problèmes intrinsèques à la construction de l’Euro et de sa Banque Centrale Européenne.

Pour nous soutenir, merci :) http://bit.ly/tipeeeosonscauser

11 commentaires

  • Alexandre Marin dit :

    Quelques remarques dans un commentaire hélas un peu long:

    La dissuasion nucléaire n’a pas empêché la guerre en Irlande du Nord, alors que la Grande-Bretagne détient la bombe. De même, sur le continent, seule la France détient la bombe. Sans l’UE, on ne voit donc pas ce qui aurait dissuadé la France de rentrer dans une quatrième guerre contre l’Allemagne.

    Ce qui a fait la paix en Irlande du Nord, c’est l’ouverture de la frontière au reste de l’Irlande, et c’est du à al liberté de circulation en Europe.

    Dans les Balkans, le seul élément qui maintient la paix est la perspective d’intégration.

    Ensuite, les échanges commerciaux avec les pays de l’espace économique européen comme la Norvège se font parce que les pays de cet espace s’engagent à respecter toutes les règles sur le marché intérieur et sont soumis à la libre circulation.

    Or, il n’est pas sûr que les négociations sur le Brexit aboutissent à un accord de libre-échange, car la Grande-Bretagne ne veut pas entendre parler de libre circulation des personnes, alors que pour les Européens, c’est une condition sine qua non pour la libre circulation des marchandises et des services.

    Sur la coopération, il a fallu la détermination de la commissaire au transport Loyola de Palacio pour arracher un compromis entre les Etats membres qui n’arrivait pas à s’entendre. Demandez-vous pourquoi il n’y avait pas d’airbus avant l’UE, et pourquoi de telles réussites n’existent pas hors de l’UE.

    Sur le dumping, là aussi, idée reçue : la Commission est à la pointe dans la lutte contre le dumping fiscal. Citons par exemple la directive imposant aux multinationales la transparence pays par pays, le plan de lutte contre la fraude à la TVA, la fin du secret bancaire, ou la directive relative à la transparence des rescrits fiscaux.

    Et je ne vous parle pas de l’affaire Apple.

    EN ce moment, la croissance de la zone euro est supérieure à la croissance américaine : https://www.lesechos.fr/monde/europe/0211752790699-la-zone-euro-plus-dynamique-que-leconomie-americaine-2061621.php

    Surtout, rendre les critères de Maastricht responsables des problèmes économiques n’a aucun sens, parce qu’ils sont prévus pour être souples, et jamais aucun Etat n’a été sanctionné pour atteinte à ces critères, alors que depuis l’entrée en vigueur du traité, ils ont été allègrement bafoués, et ce, bien avant la crise.

    Surtout, le mécanisme de solidarité existe: le Mécanisme européen de solidarité.

    • Yamael dit :

      Le dumping social est une réalité ET une volonté de l’ue, inscrit dans les GOPE!

      Tout comme la loi travail qui n’est que la partie visible de l’iceberg de ce que la commission européenne veut. La Grèce n’était qu’un laboratoire d’essai…

      Tu parles de volonté de l’eu de lutter contre le dumping fiscal alors que le Luxembourg a été transformé en paradis fiscal pour les multinationales par le 1er ministre de l’époque qui n’est qu’autre que Juncker, actuel président de la commission européenne. On a bien vu comment il voulait lutter contre l’évasion fiscale avec l’affaire des luxleaks…

      Je finis en te précisant une chose: Les commissaire européens ne sont pas élus mais nommés, et c’est eux qui dictent la politique européenne. Chez moi un pays gouverner par des gens non élus, j’appelle ça une dictature. Rien que pour ça il ne faut pas rester dans l’eu, et ça les anglais l’ont bien compris!

      • Aubert dit :

        Parfaitement d’accord avec Alexandre Marin, je rajouterai une chose, avant l’euro et Maastricht, il y avait plus de dumping fiscal, social, de dévaluation compétitive, bref bien plus de guerre économique avec les conséquences dramatiques que sont hausse des prix d’importation, l’inflation(vécu à 13% 15%), et assurément ce n’est pas « la finance » qui souffre dans ces situations.
        Dernière chose, demandez à Mr Mélenchon (puisque les masques sont tombés maintenant) à qui je reconnais une grande culture et un grand humanisme,qu’il vous explique (parce que vous êtes trop jeunes et que vous n’avez pas encore eu le temps de vous pencher sur la période post chute du mur de Berlin, post Maastricht) la situation de l’Espagne et du Portugal du milieu des années 70.

    • Flytox dit :

      Alexandre Marin, il ne suffit pas d’affirmer que l’UE est à la pointe dans la lutte contre le dumping fiscal : ça ne marche pas, la concurrence entre états est patente. Demandez aux Whirlpool d’Amiens, ils connaissent bien.

      Quant à affirmer qu’aucun projet de coopération n’existe hors de l’UE (ex. d’Airbus), c’est également erroné. Le CERN (cité dans la vidéo) existe depuis 1954 n’a pas besoin de l’UE pour exister. Le Royaume-Uni restera membre du CERN, même après le Brexit.

  • Lestoquoit dit :

    Bien, dommage que tu ne développes pas ce que déclare asselineau à propos du pouvoir du président, GOPÉ…

  • Mam'selle Scarlett dit :

    Je crois que réfléchir sur la notion de « guerre » est important. Faire la guerre en 2017 n’est plus seulement s’armer lourdement pour se rendre sur le terrain d’un « ennemi » afin de lui ôter la vie. La guerre est aussi économique et les victimes sont silencieuses mais mien plus nombreuses

    • Sbd dit :

      Et la fin de l’UE, c’est exactement l’exacerbation de la confrontation économique entre états ! Il n’y a qu’à voir comment le Royaume-Uni est prêt à faire du dumping fiscal et social pour rester compétitif après le Brexit. C’est ensemble qu’on résoudra ces problèmes.

  • Internaute dit :

    @ Alexandre Marin. Par pitié, arrête avec vos sempiternels arguments « l’Europe c’est la paix ». Comment peut-on croire un seul instant qu’après 1945 la France et la RFA, se serait fait la guerre ? S’il y avait eu une guerre, elle aurait été due au bloc communiste de l’est dominé par l’URSS et l’Europe ne l’aurait pas empêché. Le fait que le Général de Gaulle est donné l’arme atomique à la France a, au contraire, été excellent car cela a signifié que la France n’était pas sans défense et ne dépendait pas des Etats-Unis. Pour ce qui est de l’UE, elle va totalement à l’encontre des intérêts de notre pays par des frontières commerciales qui sont des passoires, qui provoquent chômage, misère et désindustrialisation. N’oublions pas le Ceta (traité de commerce entre le Canada et l’UE) qui a été adopté récemment et qui permettrait a une entreprise d’attaquer devant un tribunal privé, un pays en justice. Quelle folie ! Quelle absurdité ! En matière sociale, il en est de même. L’UE a pour volonté de niveler le droit social par le bas et de reculer à 70 ans l’age de la retraite. Quant à la monnaie unique, elle n’a pas du tout réalisé les promesses qui avait été faite à son sujet par ses partisans. L’euro n’a pas généré une forte croissance, il n’a pas amené de créations d’emplois, il n’a pas ralenti les délocalisations d’entreprises. Son seul bilan est une explosion des prix et ce aussi bien en France, qu’en Italie et qu’en Allemagne.

  • Alex Derka dit :

    En bref, UE, pas UE, le pognon revient toujours à ceux qui en ont le plus ce qui, par vase communicant, dépouille toujours plus ceux qui en ont le moins!!

    C’est une aberration et effectivement, les espagnols comme les portugais seraient les premiers à en attester!!!

  • Maxime dit :

    Video interessante mais tres biaisee

    -> La courbe de croissance commence qu’en 2007 alors que l »euro a ete lance en 1999. Le probleme vient donc des crises de dettes et non de l’Euro lui meme. Deux options pour voir la chose, soit on considere que la zone Euro aurait du lancer la planche a billet plus tot (car elle l’a fait), soit on considere que si l’on aurait regarde a deux fois aux comptes de la Grece avant de la faire rentrer, on aurait peut etre pas eu ce probleme.

    -> Je ne pense pas que le Dumping social ou les delocalisations soient un fait de l’UE/Euro. Ce phenomene existait avant et tant que le PIB/Hab n’est pas similaire dans tous les pays du monde cela sera toujours le cas. On insiste sur la Pologne mais on produit aussi beaucoup dans le Maghreb et l’Asie a destination de l’Europe.

    l’Europe n’est pas parfaite loin de la, mais le controle politique de la monnaie peut aussi amener a des consequences dramatiques.

    Je terminerai par dire que la France, c’est 1% de la population mondiale, et que plus on avance dans le future et plus les pays emergents comblent leur retard et se developpent, on ne pesera absolument RIEN si on est tout seul dans notre coin.

  • Florent dit :

    Maxime,

    – Concernant ton premier point, la vidéo ne prétend pas que ça allait mal avant la crise, je cite : « En temps normal, quand la croissance va bien, tout est cool ! Mais quand il y a une crise économique et que l’économie se ralentit, c’est un énorme problème. »

    – Concernant le dumping social, l’UE empêche de s’y opposer, puisque le principal levier de régulation pour un état est le contrôle de ses frontières et de ses taxes (cette absence de possibilité de régulation est d’ailleurs également un gros problème pour l’écologie). Ca ne veut pas dire qu’il faut sortir de tout traité d’échange, c’est simplement le constant que le libre échange enlève des pouvoirs aux états, et qu’en l’occurrence aucune règle commune n’est établie pour remédier au problème.
    Je rajouterai, à propos des libre échange/libre circulation et de la réduction des guerres : bien sur que ça joue, mais ce qu’il faut comprendre c’est que comme c’est dit dans la vidéo, changer la façon de faire dans l’UE ne veut pas dire mettre un terme aux échanges et à la libre circulation des personnes. D’autant plus que faire des partenariats c’est bénéfique pour les deux parties, et on a le recul aujourd’hui pour le voir. Donc à partir du moment où on a à y gagner il ne faut pas s’imaginer qu’il y ait besoin d’une UE pour que des partenariats se créent. Bien construite, l’UE peut être une facilitatrice, mais il suffit d’ouvrir les yeux (faut-il encore bien le vouloir) pour se rendre compte qu’aujourd’hui sa construction ne va pas dans le bon sens.

    – Enfin pour répondre à ta conclusion : on ne pèsera absolument rien dans le monde si la crise qu’on connait en Europe du sud se répand et que comme c’est déjà le cas là bas, de plus en plus de jeunes s’expatrient parce qu’ils voient là leur seul salut. Et on ne pèsera rien dans le monde si, comme l’UE l’exige, on continue à brader notre éducation et notre culture (puisque l’UE exige qu’à tout problème économique les états répondent par des sacrifices, et qu’on en arrive à un point ou choisir de quel patrimoine ou de quel service on se sépare devient un choix Cornélien auquel les politiques répondent par lâcher un peu de tout).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *