Hôpital public sous pression : la raison du malaise – Chronique Mediapart #01

Pour nous soutenir, merci :) http://bit.ly/tipeeeosonscauser

SOURCES :

[ LE MOUVEMENT DES INFIRMIERS ] http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/11/07/des-journees-sans-boire-sans-manger-le-ras-le-bol-infirmier_5026497_1651302.html

Cet article, écrit un peu avant la manifestation de mardi, donne tous les éléments pour contextualiser la grève et comprendre les raisons de la journée de mobilisation. On y voit notamment les conditions de travail déplorables des infirmiers et, aussi, le chiffre de 31 000 créations de postes avancé par la ministre.

[ LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES INIFIRMIERS ] https://www.mediapart.fr/journal/france/220515/l-ap-hp-se-mobilise-contre-martin-hirsch-et-ses-35-heures-autrement
http://www.onvautmieux.fr/?s=infirmier
L’article de Médiapart illustre bien l’absurdité du management et la difficulté des conditions de travail dans les services des hôpitaux d’Ile-de-France (AP-HP). Vous y verrez comment, en quelques années, plusieurs professionnels ont dû réaliser la même quantité de travail, mais en étant deux fois moins nombreux.
Le second lien est une recherche avec le mot clef “infirmier” dans la base de témoignages compilés par l’équipe de onvautmieux.fr . Ils décrivent des situations de stress et d’aliénation au travail qui font parfois froid dans le dos. Variez les mots clefs dans le moteur de recherche en bas de page, vous y trouverez une infinité d’exemples illustratifs de la détérioration des conditions de travail.

 

[ L’AUGMENTATION DES DEPENSES DE SANTE ] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/d000538-l-avenir-du-systeme-de-sante-en-france/des-depenses-de-sante-en-constante-augmentation

Cette étude de La Documentation Française illustre bien comment et pourquoi les dépenses de santé augmentent dans les pays développés. L’étude porte jusqu’à 2011 et n’intègre pas le, très léger, ralentissement de l’augmentation de cette année là. Elle a toutefois le mérite de restituer les principales logiques et raisons de l’augmentation des dépenses de santé.

[ L’INSUFFISANCE DES MOYENS ] https://www.mediapart.fr/journal/economie/250615/le-gouvernement-amplifie-lausterite-dans-les-hopitaux

Cette article, écrit à l’occasion de l’annonce du plan Touraine de 2015, est une excellente introduction aux causes et conséquences macro de l’austérité dans la santé. On y retrouve, notamment,  l’analyse du sociologue Frédéric Pierru sur les niveaux de budgets (ONDAM) par rapport à l’augmentation des dépenses de santé.

[ MEME LES DIRECTEURS D’HOPITAUX S’EN PLAIGNENT ]
https://www.cairn.info/revue-les-tribunes-de-la-sante-2012-3-page-47.htm http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/01/12/l-hopital-public-supprime-des-emplois-depuis-2008_1290876_3224.html
Ici; on a un article de 2010 et une tribune de 2012 qui expliquent bien la situation intenable des directeurs d’hôpitaux. Déjà, le budget global ‘(ONDAM) n’était pas suffisant pour permettre aux établissements de fonctionner normalement. Rien à changer depuis 2008. Nous sommes en 2016 et nous rabotons toujours l’hôpital public.

[ UNE PERSPECTIVE HISTORIQUE SUR LE NOUVEAU MANAGEMENT HOSPITALIER ] http://www.laviedesidees.fr/L-hopital-mis-a-mal-par-le.html

Ici, il s’agit d’une récession d’un ouvrage universitaire important L’hôpital en réanimation. On y apprend beaucoup de choses sur les effets de la tarification à l’acte et du “nouveau management public” dans l’hôpital et la santé publique.

http://www.laviedesidees.fr/La-reforme-de-l-hopital-public.html
Ici, il s’agit d’un article universitaire, écrit par un économiste de la santé, qui décrit en détail quelles mesures de management ont été implémentées à l’hôpital et quels ont été leurs effets. Indispensable si vous voulez comprendre le détail managerial de l’affaire.

[ LES ABSURDITES INDUITES PAR LE NOUVEAU MANAGEMENT ] http://www.revue-ballast.fr/hopital-public-a-lagonie/
Cet article important de la revue Ballast, écrite par une professionnelle de santé, décrit des faits hallucinants induits par les différentes réformes de management hospitalier. A Saint-Malo, l’hôpital a embauché une société spécialisée dans l’optimisation pour l’hôpital de la tarification à l’acte  qui a conduit à 40% de sur-codages. Dans d’autres services, on gardait en vie des patients simplement pour leur facturer davantage d’actes. Bref, un monde qui marche sur la tête.  

[ LES GAINS DE PRODUCTIVITE ] http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES455I.pdf
Cette étude d’Economie et Statistiques, une publication de référence de l’INSEE, étudie par le détail la productivité hospitalière, ses évolutions et ses déterminants. Il y ressort que la chaque agent a produit 15% de plus, en moyenne, entre 2003 et 2007.

[ L’ENQUETE DE FO SUR L’ABSENTEISME ] http://fo-sante.org/2013/11/quand-la-degradation-des-conditions-de-travail-degrade-la-sante-des-personnels-hospitaliers/
Vous allez voir, le site est moche mais les chiffres impressionnants ! Après une enquête par questionnaire et entretiens, FO parvient à montrer qu’entre 2008 et 2011, il y a eu 2 millions de jours d’absences supplémentaires. Ce sont ces 2 millions qui correspondent à 10 000 postes en équivalent temps plein sur une année.

[ 35 HEURES, PRODUCTIVITE, MALAISE ET ABSENTEISME ] http://www.liberation.fr/societe/2015/05/20/il-y-a-un-absenteisme-massif-signe-d-une-crise-collective-forte_1313388
Cet entretien avec le sociologue de l’hôpital Frédéric Pierru,  réalisé en 2015 à l’occasion du plan d’économie de Touraine, montre la profondeur du malaise chez les personnels soignants. A lire pour se faire une idée d’ensemble.

[ LE RAPPORT DE L’IGAS SUR LE BUDGET TOTAL DE SANTE PUBLIQUE  ] http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/L_hopital_-_Rapport_IGAS_2012.pdf

Ce rapport, réalisé en 2012 par l’Inspection Générale des Affaires Sociales, est une mine d’or. Il décortique par le détail les fonctionnement de l’hôpital et, comme souvent avec l’expertise publique, préconise de respecter la contrainte budgétaire et de poursuivre les économies. Cependant, au milieu de tout ça, le rapport reconnait que l’enveloppe totale allouée à la santé publique (ONDAM ou Objectif National de Dépenses de l’Assurance Maladie) est fixé “à l’aveugle”, sans prendre en compte la situation précise des établissements mais en pensant d’abord aux finances publiques. Sautez au bas de la page 38 pour vous en convaincre.

Pour nous soutenir, merci :) http://bit.ly/tipeeeosonscauser

6 commentaires

  • Matt2lille dit :

    Si je peux me permettre. La partie sur le financement des hôpitaux est quelque peu inexacte. ça fait un peu « gloubiboulga » entre le budget des hôpitaux, l’ONDAM, l’assurance maladie… Le financement de l’hôpital public, il est (cruellement) simple et ça s’appelle la T2A (Tarification A l’Activité). L’enveloppe globale dont vous parlez, elle n’existe dorénavant que dans de rares cas (psychiatrie essentiellement et quelques secteur singulier comme les soins aux détenus). La tarification à l’activité induit un vrai productivisme de soins, une course au chiffre et participe aussi à l’augmentation de « demande » en soins. En effet, une des (nombreuses) perversions de ce système est aussi de faire du soin là où on s’abstenait auparavant (pour des raisons de faisabilité, de criticité, d’âge avancé, etc.). Mais la plus délétère, c’est bien celle de la course à l’activité car c’est elle qui épuise l’ensemble du personnel hospitalier. La marchandisation de la santé conduit à l’épuisement des personnels. En effet, ce sont des Humains, pas des machines. Pour résumer, on déshumanise l’hôpital, on sacrifie le « bien soigner » (côté patient et côté soignant) sur l’autel de la rentabilité. Deux notions parfaitement antinomiques. Pour le reste de votre propos, je suis plutôt d’accord. Il serait possible d’en écrire des pages entières tant la situation est catastrophique. et les nombreuses réformes passées (Notamment la loi HPST dite « Bachelot ») et la plus récente (loi santé qui va créer des Groupement Hospitaliers de Territoire, véritable usine à gaz) transforment le service public de soins au cœur. Et on est pas loin de l’arrêt cardiaque.

  • duchatel dit :

    Je pense qu’ il est tant que toutes la population prenne conscience du problème !!
    Un jour sa seras vous moi vosparents enfants qui auront besoin d être soigner..

  • hugues dechilly dit :

    Depuis plus de 30 ans les hôpitaux et les cliniques sont gérés comme des entreprises lambas. Avec un compte d’exploitation, des marges bénéficiaires à réaliser, des économies à réaliser, etc … Quand on sait que 70 à 85 % du budget d’un établissement hospitalier est « plombé » par les dépenses de personnels, quand on sait que depuis des années les directeurs ont rogné sur tous les autres postes (pharmacie, hôtellerie, entretien …) il est devenu « évident et inévitable » qu’à un moment la seule marge de manœuvre des gestionnaires pour continuer à faire baisser les coûts devienne le budget personnel. Et là çà fait mal …

    Aujourd’hui, les soignants payent la très lourde facture des déficits accumulés par des années de gestion parfois hasardeuse, des erreurs, des retournements de situations politiques qui ont toutes en commun d’avoir laissé filer les dépenses pour « ne surtout pas effrayer les électeurs » car en France chaque maire est président du Conseil d’Administration de l’hôpital implanté dans sa ville. Même si le directeur général est lui nommé par la ministre de la Santé.

    On en arrive donc à des situations très inquiétantes où les soignants sont très souvent obligés de travailler en sous effectif au détriment de la qualité et de la sécurité des soins tout en assumant plusieurs postes de travail (avec bien sûr une seule paye à la fin du mois), les patients de moins en moins conciliants en venant parfois à des agressions verbales et/ou physiques (une toute les 45 mns en France en 2015) qui se multiplient.

    Le facteur humain (la relation soignant/soigné) est primordial dans les établissements de soins car on ne gère pas un hôpital ou une clinique comme on gère une usine ultra robotisée qui fabrique des voitures ou qui met en boîte des légumes ou des rillettes. L’Humain est une denrée qui coûte cher dans les hôpitaux car on soigne avant tout avec des personnels et pas des machines. La santé n’est pas une marchandise.

    A l’approche des élections de 2017 les politiciens qui appliquent tous ou presque les mêmes programmes (on a pas vu de différence dans les hôpitaux entre la présidence Chirac / 12 ans, Sarkozy / 5 ans ou celle de Hollande / 5 ans) (re)commence à nous promettre la lune quand depuis plus de 20 ans ils nous assènent toujours plus de coups violents en décrétant sans – jamais – demander leur avis (et elles ont aussi des idées) aux petits personnels que sont les infirmières ou encore les aides soignantes.

    Les programmes électoraux en matière de santé de monsieur Fillon, de monsieur Macron ne sont pas très différents (ils sont en réalité la poursuite) de ce qui a été réalisé par madame Bachelot, monsieur Bertrand et madame Touraine : on privilégie toujours plus la finance au détriment de l’Humain en, par exemple, déplaçant la dépense/cotisation vers les mutuelles privées (donc à la charge des patients) sans jamais diminuer les prélèvements (bien au contraire) sociaux sur les salaires.

    Pour terminer, une seule question : où la va tune ?

  • creutz frederique dit :

    bonsoir je me permets de vs dire que ds votre commentaire,vs parlez tjrs de la fonction publique alors que ns sommes enormement a travailler ds le privé et ds des conditions encore pires , des salaires moins elevés et a la merci des decisions de la direction . ns n’avons plus droit aux syndicats et chaque structure privée fonctionne selon des conventions de plus en plus restrictives pour les soignants !!quand on est racheté par des fonds de pensions et notre statut est a but lucratif tt est dit !! le bien etre et les soins des patients sont restreints tjrs pour suppression de budgets ! l’argent doit rentrer ds les poches des actionnaires !! et meme pour la securité et du patient et du soignant la aussi on restreint!! regardez aussi ds les EHPAD c’est carremment du travail a la chaine regardez ds les groupes fermés de soignants sur le net vs y verrez encore une plus grande souffrance !! nous souffrons encore plus ds le privé mais la peur du licenciement est tjrs presente et peu de personnes osent en parler en public! bcp de choses a denoncer !!!de ttes façons a la manif du 8nov l’ARS a repondu pour le public vs verrez avec le nouveau gouvernemment et pour le privé on ne peut rien faire !!!!rentabilité a outrance et personne ne s’en preoccupe!!

  • creutz frederique dit :

    par contre j’espere que mon nom ne sera pas cité en dehors de mon commentaire !!merci!

  • Baptiste dit :

    Ce que je vais dire est peut-être un peu bête,mais il me semble que dans les hôpitaux publics ,les salariés sont des fonctionnaires.Alors il faudrait peut-être déposer plainte contre l’état qui ne respecte pas le code du travail, harcèlement moral etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *