Macron : candidat de la finance ?

Pour nous soutenir, merci :) http://bit.ly/tipeeeosonscauser

SOURCES :

            [ COMPRENDRE LA DEREGULATION FINANCIERE EN UNE VIDEO EXCELLENTE ]

https://www.youtube.com/watch?v=OcNftI9gKHI

                           Data Gueule a fait du super boulot ! J Cette vidéo est génialissime ! Si vous voulez vous introduire aux enjeux de la financiarisation et de la régulation des banques, c’est par là !

 
            [ LA CRISE FINANCIERE DE 2008 ET LA REGULATION QUI EN A SUIVI ]

La crise des subprimes expliquée :

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/explicateur/2015/09/03/29004-20150903ARTFIG00126-la-crise-des-subprimes-en-quatre-questions.php

                           Cet article court du Figaro est d’une remarquable clarté. Avec lui, vous comprendrez le détail de la crise des subprimes qui a secoué le monde entier en 2008.

Tout comprendre à la régulation financière :

http://multinationales.org/Cinq-ans-apres-la-crise-la

                           Cet entretien avec l’ONG spécialisée « Finance watch », réalisé en 2014 par Bastamag, est extrêmement clair. Il parcourt l’ensemble des mesures prises au niveau européen pour réguler la finance après les 450 milliards d’euros injectés en 2008 pour sauver l’économie du naufrage. Les réserves obligatoires des banques pour spéculer (dit « ratios prudentiels » ou « ratio de fonds propres ») , la séparation de leurs activités de dépôt et d’investissement, l’ampleur de la garantie publique (c’est-à-dire par nos impôts) sur le actions des banques et le poids colossal du lobby bancaire sur les décisions politiques, tous ces sujets importants sont évoqués de manière claire. L’article à lire pour comprendre les enjeux d’une régulation bancaire.

Pistes pour une régulation financière sérieuse :

https://regulation.revues.org/7461#tocto2n1

                           L’économiste atterré Frédéric Lordon livre ici une analyse minutieuse et technique des causes structurelles des crises financières. Les propositions de régulation qu’il avance sont infiniment plus ambitieuses que celles prises à Bâle III ou imaginées par Macron. Il envisage d’interdire les produits spéculatifs les plus sophistiqués (mélangeant des produits aux risques très variables) et n’hésite pas à penser un « système socialisé du crédit ».

 
            [ LA PROMESSE DE SEPARATION BANCAIRE DE FRANCOIS HOLLANDE ]

Comprendre les enjeux de la promesse :

http://www.latribune.fr/opinions/20140131trib000813011/separation-bancaire-la-defaite-de-la-democratie.html

                           Cet article de Romaric Godin revient sur la loi de séparation des banque à partir d’un livre de 2014 Mon amie c’est la finance (écrit par Adrien de Tricornot, Mathias Thépot, Franck Dedieu) qui en explore les détails. L’article est très clair et montre à la fois l’intérêt de séparer les activités bancaires, l’échec de la loi effectivement votée et les raisons d’une si piètre régulation.

Le rôle de Macron dans la loi de séparation :

http://www.lenouveleconomiste.fr/a-la-une/mon-amie-cest-la-finance-22131/

                           Voici carrément un passage du livre Mon amie, c’est la finance d’ Adrien de Tricornot, Mathias Thépot et Franck Dedieu. Le feuilleton de cette loi y est admirablement résumé ! Vous y verrez la surprise des députés quand ils apprennent que le projet de loi ne séparera qu’1% des activités de la Société Générale et, évidemment, le rôle de Macron qui, depuis l’Elysée, a tout fait pour que la loi reste en l’état.

Macron n’a pas signé les textes d’applications :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rap-info/i2895.pdf

                           Ce rapport parlementaire de 2015 est acerbe. Normal, il est l’œuvre des députés ayant porté la loi de séparation bancaire. Il montre que cette loi n’a eu un impact qu’extrêmement minime (seules deux banques ont effectivement créé une filiale d’activité « séparée ») et pointe un responsable. Le Ministère de l’Economie et des Finances n’a pas signé les textes d’application qui auraient pu faire de cette loi autre chose qu’une coquille vide. Allez directement au titre II, A, 1 il est délicieux !

Bilan de tout cela : le rôle du lobby bancaire :

http://www.bastamag.net/Reforme-bancaire-comment-le

                           Agnès Rousseau, journaliste à BastaMag et co-auteure du Livre noir des banques, fait le bilan de la loi de séparation bancaire. Après avoir montré en quoi une séparation des activités de dépôt et d’investissement était plus que nécessaire, elle montre comment le lobby bancaire a réussi à rendre cette loi tout à fait inopérante. Il ne manque que le rôle de Macron là-dedans.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20140327trib000822244/histoires-de-la-non-regulation-bancaire-35-comment-les-banques-francaises-ont-detricote-la-loi-moscovici.html

                           Il faut absolument voir cet article de La Tribune. D’abord, il est issu d’une série très claire de 5 articles consacrés à la régulation financière. Ensuite, il montre comment le lobby bancaire a utilisé tous ses réseaux, tous ces liens intimes et personnels avec le pouvoir pour s’assurer que cette loi de séparation ne soit jamais opérante. Macron, encore inconnu à cette époque, est passé sous les radars de cette journaliste.

L’avis sévère de Lordon sur cette loi de séparation et la régulation bancaire :

http://blog.mondediplo.net/2013-02-18-La-regulation-bancaire-au-pistolet-a-bouchon

                           C’est du Lordon. C’est extrêmement précis, souvent caustique, aride à souhait, mais qu’est-ce que c’est bon ! A lire pour les courageux !

 
            [ LES RESERVES DE FONDS PROPRES POUR LIMITER LA SPECULATION BANCAIRE ]

Pourquoi les réserves de fonds propres sont importantes pour réguler la spéculation :

http://www.tendances-eco.com/2012/10/bale-iii-huit-ans-pour-reformer-les-banques/

                           Cet article est tiré d’un blog économique « Tendances éco » et s’inspire des arguments d’une conférence de Frédéric Lordon tenue devant les Economistes Atterrés. Il montre, relativement clairement, pourquoi ces ratios régulent la spéculation. En gros, augmenter ces réserves est décisif pour qu’une banque puisse encaisser des pertes. Le niveau de réserve optimal doit être évalué en regardant uniquement la banque systémique la plus exposée au risque. Pourquoi ? Parce que, les banque étant fortement interconnectées (on dit « systémique » dans le jargon), si la plus faible fait faillite, toutes les autres seront fragilisées à des niveaux immenses. Si on suit Frédéric Lordon, et le régulateur suisse, le niveau de ratios prudentiels devrait s’établir entre 19 et 20%. Bâle III, la régulation bancaire arrachée par le G20 après la crise financière, porte ce niveau de ratio prudentiel à 7 % ! Y’a du boulot ! J

La conf de Lordon :

http://www.dailymotion.com/video/xfa8ah_economistes-atterres-frederic-lordo_news  

( Pour info, il fait référence à ces « réserves » par leur nom technique « Tier one » )

Ce que propose Macron pour diminuer les réserves de fonds propres (ou « ratios prudentiels » ou « ratios de fonds propres » ou « ratios de solvabilité » )

https://www.mediapart.fr/journal/economie/070317/emmanuel-macron-veut-reecrire-la-regulation-financiere?onglet=full

                           Lors d’un discours devant la CGPME le 6 mars, Macron a émis l’idée de baisser les réserves prudentielles (ou ratios de solvabilité ou bla bla bla ) des banques et des assurances, arguant que ces réserves excessives « désincitaient au financement de l’économie ». Martine Orange a repéré ce loup pour Mediapart. Foncez lire son article, il est extrêmement clair et comporte même les nouvelles statistiques de la Banque de France sur l’évolution des crédits.

Pourquoi l’argument de Macron du « financement de l’économie réelle » ne tient pas :

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140113trib000809187/un-bale-iii-moins-contraignant-relancera-t-il-le-credit-en-zone-euro-.html

                           Cet article est extrêmement important. Déjà, il est écrit en 2014, ce qui montre que la réforme des « ratios prudentiels » ou « ratios de fonds propres » ou « ratios de solvabilité » que propose Macron était dans les tiroirs du lobby bancaire depuis des années. Ensuite, il montre avec brio que les ratios prudentiels n’ont aucun lien avec le niveau de crédit accordé aux particuliers ou aux entreprises. En effet, qui peut croire qu’un conseiller bancaire va examiner les ratios de sa propre banque avant le dossier de son client afin d’accorder ou non le crédit ? C’est bien davantage la solidité du projet et la solvabilité de l’emprunteur – donc des critères liés à l’économie réelle, à la croissance, à la demande – qui déterminent si un crédit sera accordé ou non.

16 commentaires

  • Kitzinger dit :

    Je subodore cette filouterie financière et bancaire depuis l’apparition de la candidature d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République. Quel qu’un qui sort du chapeau de façon feinte. Un tour de passe passe que nous risquons et ne tarderons pas à regretter. Cette supercherie est le moteur tambour battant du candidat EM (En marche ou Emmanuel Macron, tout le monde l’a sans doute remarqué). Une solution, une parade pour les électeurs : annoncer partout la couleur, la condition sine qua non !
    En cas d’élection d’Emmanuel Macron et à la moindre entourloupe, mise en place d’un référendum contractuel et populaire pour destituer tout Président de ses fonctions.

  • DUCROT Sébastien dit :

    Tout a fait d’accord avec la video. Alors a quand une analyse de chaque candidat et du programme? J’attends avec impatience celle sur Mr Mélanchon… Mais aussi celle de Mr Asselineau! Et surtout, merci pour ce travail.

  • Bob dit :

    La loi sur la séparation des activités bancaires datent de 2013 et je veux bien que Macron soit un ministre de l’économie du gouvernement Hollande mais il n’a pris ses fonctions qu’en août 2014. Comment aurait il fait pour ne pas signer des décrets s’il n’était pas ministre ? Alors vous allez dire qu’il était secrétaire général de l’Élisée… Ca fait vraiment gros complot tout ça. Après, vous dites qu’il n’y a que 2 banques qui ont séparé leur activité en créant une filiale… c’est vrai mais vous oubliez de dire que les autres ont préféré arrêter ces activités car pas assez importante pour en faire une filiale… Personnellement j’aime bien qu’on donne toutes les informations et pas qu’une partie pour me faire une opinion. Mais c’est vrai je vous l’accorde, les gens apportent peu d’importance aux détails (et c’est bien connu le diable se cache dans les détails).

    • Ludo OsonsCauser dit :

      Salut Bob !
      Pour comprendre le rôle de Macron en tant que secrétaire général de l’Elysée de Hollande dans cette loi, lis ce passage des sources :

      Le rôle de Macron dans la loi de séparation :

      http://www.lenouveleconomiste.fr/a-la-une/mon-amie-cest-la-finance-22131/

      Voici carrément un passage du livre Mon amie, c’est la finance d’ Adrien de Tricornot, Mathias Thépot et Franck Dedieu. Le feuilleton de cette loi y est admirablement résumé ! Vous y verrez la surprise des députés quand ils apprennent que le projet de loi ne séparera qu’1% des activités de la Société Générale et, évidemment, le rôle de Macron qui, depuis l’Elysée, a tout fait pour que la loi reste en l’état.

      et oui tu as raison 2 des 4 grosses banques on arrêté ces activités plutôt que de filialiser, justement parce que la loi avait choisi une définition ridiculement restrictive de ces activités. Si on pouvait faire des vidéos beaucoup plus longues en gardant l’attention des gens on ajouterait bien sûr ces détails (qui tu me l’accorderas ne changent rien à l’argument) mais on est obligé d’aller à l’essentiel, tant que ça n’empiète pas sur la justesse :)

      merci pour ton commentaire critique constructif ! :)

      belle journée à toi !
      Stéphane

  • Ophélie dit :

    Qu’en est-il du projet de séparation des banques de dépôt et d’affaires maintenant que Macron n’est plus ministre de l’économie ?

  • fleury dit :

    quand on ne connait pas la finance et le domaine de l’alm risque credit
    basé sur la duration et entre les actifs et les passifs , on ferme sa gueule et on ne dit pas des conneries : bale 3 et le ratio fond propre tient bien compte du risque credit c’est a dire de la variation de taux des crédits en cour et a venir. pas dans ta gueule ! retourne en fac .

  • panda89 dit :

    gras bobos parigots…votez Mélenchon mes mignons !! (comme l’ouvrier bas de
    plafond vote le Pen). Vous êtes si bien équipés pour survivre dans une France
    en cessation de paiement !!!

    Au secours…

  • Laïla dit :

    Bonjour,
    Je souhaiter vous contacter directement, mais je ne trouve pas, j’utilise donc la rubrique de commentaire
    Je ne sais pas quel est votre objectif de ce sous-titrage. En tout cas, il m’est très profitable car je suis sourde, je vous remercie énormément l’effort de sous-titrer comme il se doit.
    Par contre certaines vidéos comme Macron : candidat de la finance ?, il semble que le sous-titrage est automatique donc le texte est incompréhensible, et ne veut rien dire. Dommage pour moi de ne pas pouvoir comprendre ce que vous dites.
    Je voulais juste dire que le sous titrage fait par vos soins est très utile pour des gens comme moi, d’ailleurs j’ai découvert vos vidéos à travers du FB dont mon réseau est majoritairement sourd, et qui les partage (je le fais aussi…).
    Bonne continuation, surtout continuez comme ça et comme vous êtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *