Merci les énergies fossiles ! Comprendre le problème de l’énergie

A ) La consommation d’énergie dans le monde depuis 1800

Les données :

Pour connaître les différentes sources d’énergies et la quantité totale d’énergie consommées dans le monde, nous nous basons sur le travail de compilation de l’excellent site de vulgarisation anglophone  ourworldindata .

Voici le graph que nous utilisons dans la vidéo :

Energies par sources 1800 - 2017 - Ourworldindata

 

Ce graphique superpose, depuis l’an 1800 jusqu’à 2017, la quantité d’énergie consommée dans le monde en distinguant chaque source d’énergie primaire : le bois (traditional biofuels) d’abord, puis le charbon (coal), puis le pétrole (crude oil), puis le gaz naturel (natural gas), les barrages hydroélectriques (hydropower), le nucléaire (nuclear), les éoliennes (wind), les panneaux solaires photovoltaïques (solar) et les autres sources renouvelables (biomasse etc. other renewables).

Pour reconstituer ces séries longues, le site ourworldindata a compilé deux sources de données.

Pour les données d’après 1965 – à l’exception de la biomasse – le site compile les données énergétiques fournies par la compagnie pétrolière anglaise British Petroleum (BP). BP fournit chaque année depuis les années 60 une Statistical Review of World Energy qui fait référence dans le monde. Ce sont ces Review annuelles que Ourworldindata a compilé pour fournir les données postérieures à 1965.

Pour toutes les statistiques antérieures (1800 – 1965), le site se base sur le travail qui fait autorité de l’historien de l’énergie Vaclav Smil. Il a consacré toute son oeuvre à mieux comprendre les évolutions longues des productions et usages de l’énergie. La seconde édition de 2016 de son livre Energy Transitions : Global and National Perspectives a été utilisée pour trouver toutes les données énergétiques antérieures à 1965.

Le graphique s’appuie également sur le travail de Smil pour les données concernant les traditional biofuels, c’est-à-dire le bois, les bouses et tourbes utilisés traditionnellement pour se chauffer. Ses travaux d’historiens de l’énergie font autorité sur la question – notamment son Biomass Energies: Resources, Links, Constraints de 1983. Ourwoldindata a donc jugé ses estimations les plus récentes plus précises que celles de BP.

Le mix actuel : 87.15% fossiles

Concentrons-nous à présent sur les énergies consommées aujourd’hui dans le monde. En nous basant sur les données d’Ourwoldindata – et donc de BP – le mix énergétique mondial, en 2017, ressemble à ce tableau :

2017 par fuel

 

On le voit, les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel)  représentent 87.15 % de l’énergie primaire consommée dans le monde en 2017 selon les données de BP.  Cela veut donc dire que toutes les machines que nous utilisons consomment à 87.15 % des énergies fossiles – charbon, pétrole et gaz – pour fonctionner.

Si vous voulez garder un ordre de grandeur en tête à partir de ce tableau, vous pouvez retenir que :

  • “Le pétrole, c’est un GROS TIERS de l’énergie consommée aujourd’hui dans le monde”
  • “Le charbon c’est un GROS QUART de l’énergie consommée aujourd’hui dans le monde”
  • “Le gaz naturel, c’est une PETIT QUART de l’énergie consommée aujourd’hui dans le monde”.

Si l’on pense à la nécessité de décarboner nos économies pour limiter la catastrophe climatique, ces chiffres donnent le vertige. En 2017 dans le monde, seul 12.85 % de l’énergie primaire consommée est dite “bas carbone”. Nous attaquer aux 87.15 % fossiles, voilà la tâche immense que représente la transition énergétique.

Extrême stabilité depuis 30 ans.

Malheureusement, la part des énergies fossiles dans la consommation mondiale d’énergie primaire est extrêmement stable depuis 1973. C’est tout à fait visible sur ce graphique produit par nos soins à partir des données Ourworldindata – BP :

Part des énergies fossiles dans la consommation d'énergie primaire

Depuis 1973, c’est-à-dire depuis 45 ans ( !!!! ), les énergies fossiles représentent autour de 85 % de l’énergie primaire consommée dans le monde. La récente prise de conscience du péril climatique n’y change rien. A partir de 2006, la part des fossiles est passé au-dessus des 86 % pour culminer aux 87.15 % de 2017. Bref, on est pas sortis de l’auberge …

Les chiffres AIE :

Peut-être êtes-vous tombés sur une estimation un peu différente de la part des énergies fossiles dans le mix énergétique mondial.

Beaucoup d’articles de presse ou de conférenciers affirment que “les énergies fossiles, charbon pétrole et gaz, fournissent autour de 80% de l’énergie mondiale”. Ces chiffres proviennent d’une source différentes des chiffres de BP. Ils proviennent de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE ou IEA en anglais). Nous vous reproduisons ici le graphique donnée par l’AIE pour les années 1990 – 2017.

Energies par sources 1990 - 2017 - AIE

On remarque que, si on somme le charbon, le pétrole et le gaz pour l’année 2017, ces énergies fossiles fournissent  81.1 % des énergies figurant sur le graphique. Un chiffre assez éloigné des 87.15 % cités plus haut à partir des données de BP.

Notons d’abord que BP et l’AIE cherchent à compter la même chose : la quantité d’énergie primaire mobilisée dans le monde. L’énergie primaire, c’est l’énergie telle que contenue “dans la nature”. C’est le pétrole brut de la mine, le gaz ou le charbon du gisement, le bois ou n’importe quoi qui se brûle. C’est le potentiel énergétique contenu dans l’atome d’uranium 235 que le réacteur nucléaire fissionne, c’est l’énergie contenue dans les éléments, le vent, le soleil, les marées, la chute de l’eau dans une rivière ou un barrage. Tout ça, c’est l’énergie primaire et c’est ce que cherchent à compter BP et l’AIE..

Pourquoi alors une telle différence entre les chiffres des deux institutions ? Parce que BP et l’AIE cherchent à compter l’énergie primaire mais chacune de manière différente.

BP compte la “Consommation mondiale d’énergie primaire” alors que l’AIE compte la “Production mondiale d’énergie primaire”. Cela revient à aborder chaque source d’énergie primaire OU à la sortie de la mine, du réacteur ou de la turbine (approche production de l’AIE) OU à partir des activités de transformation (raffineries) et de distribution (oléoducs, réseaux gaz) en incluant les pertes à chacune de ces étapes (approche consommation de BP).
Il s’agit donc de deux manières de compter la même chose : la quantité d’énergie (convertie en chaleur) contenue dans chacune des sources primaires d’énergie (fossiles, nucléaires, eau, vent, soleil, biomasse).
La différence entre les deux comptes est particulièrement visible pour la part relative des fossiles (+ 6.05 points en faveur de BP) et pour celle de l’énergie nucléaire ( + 3.2 points en faveur de AIE) dans les mix énergétiques.

Pour comprendre le détail de telles différence, il faut entrer encore plus finement dans les méthodologies des deux institutions. Un exemple pour vous donner une idée : le nucléaire. Pour le nucléaire, la différence s’explique par le fait que BP compte l’électricité produite par les réacteurs nucléaire alors que l’AIE compte la chaleur générée par le réacteur nucléaire lui-même. Cette chaleur générée est en, grande, partie perdue lors de la génération d’électricité. Cela explique donc que les chiffres AIE soit plus élevés que ceux de BP, qui excluent les pertes de chaleur pour ne compter que l’électricité.

Le graph d’Ourwoldindata :
https://ourworldindata.org/grapher/global-primary-energyhttps://ourworldindata.org/energy-production-and-changing-energy-sources#long-run-energy-transitions-in-countries
Le dernier Statistical Review of World Energy de BP, édition 2019  :
https://www.bp.com/content/dam/bp/business-sites/en/global/corporate/pdfs/energy-economics/statistical-review/bp-stats-review-2019-full-report.pdf
Le livre de Vaclav Smil :
http://vaclavsmil.com/2016/12/14/energy-transitions-global-and-national-perspectives-second-expanded-and-updated-edition/
Les chiffres AIE (taper “TPES” dans la barre de recherche) :
https://www.iea.org/statistics/
Méthodo AIE :
https://www.iea.org/publications/freepublications/publication/statistics_manual.pdf
Méthodo BP :
https://www.bp.com/en/global/corporate/energy-economics/statistical-review-of-world-energy/using-the-review/methodology.html#accordion_primary-energy-methodology

B ) Les merveilleuses énergies fossiles

Elles sont extrêmement pratiques : la densité énergétique des fossiles.

La densité énergétique c’est le contenu en énergie thermique (en chaleur) d’une source d’énergie, mesurée par volume (par litre, mètres cubes etc) ou par masse (kilo, tonne). C’est donc un excellent moyen de mesurer à quel point une énergie est pratique à utiliser. Que vous réfléchissiez par volume ou par masse, les énergies fossiles sont beaucoup plus denses que l’énergie concurrente de l’époque : le bois.

Ce tableau donne les ordres de grandeur approximatifs du surcroît d’énergie par masse (kilo) et par volume (litre) de chaque énergie fossile par rapport au bois.

Densité énergétique fossiles VS bois

Il s’agit évidemment de mesures approximatives, destinées à faire comprendre l’ordre de grandeur. Il existe différents types de bois, séchés différemment de même qu’il plusieurs types de charbons, plusieurs manières de raffiner le pétrole et plusieurs types de gaz naturels. Il s’agit donc d’approximations, mais elles sont essentielles pour comprendre à quel point le bois ne pouvait pas lutter contre les fossiles.

Au-delà même de la supériorité de l’état liquide sur l’état solide pour le moteur à explosion, vous pouvez vous contenter d’un réservoir de 10 l de pétrole pour retirer la même énergie que 34 l de bois ! Pareil pour le charbon, il vous faut 2 fois moins de péniches à acheminer vers l’usine pour retirer la même quantité d’énergie. Le bois ne pouvait donc pas lutter contre cette densité énergétique.

Elles sont extrêmement peu chères !

Regardez aujourd’hui, le litre d’essence coûte, avec plus de 80% de taxes, autour d’ 1.5 € ! Avec 10 litres, donc avec autour de 15 €, vous pouvez vous déplacer sur des centaines de kilomètres. Ca, c’est aujourd’hui.

Regardons hier. Pour illustrer à quel point les fossiles étaient moins chers que le bois dès le XIXè siècle, nous vous invitons à consulter un article scientifique d’un économiste de la London School of Economics spécifiquement sur le cas anglais. Le graphique ci-dessous montre les prix (en £ de l’an 2000) du bois et du charbon en Angleterre pour une même quantité d’énergie (ici l’unité est la “tonne équivalent pétrole” qui désigne l’énergie dégagée par la combustion d’une tonne de pétrole).

Charbon vs bois prix GB 1300 - 2000 - LSE

Ce graphique montre clairement que le charbon s’est développé (à partir de 1800) dans un contexte où il était deux fois moins cher (en incluant des taxes représentant jusqu’à 30% de son prix) que le bois en Angleterre. Il était tellement peu cher qu’il a même tué la concurrence avant la fin du XIXème siècle.

Pourquoi une telle différence de prix ? Le bois énergie vient des forêts. Ces dernières sont souvent loin des ville, elles doivent être entretenues, il y est difficile d’abattre les arbres et de déplacer les troncs, le bois doit ensuite être séchés et taillé en scierie avant d’être transporté jusqu’à son lieu de consommation finale, souvent la ville. On comprend bien que toutes ces opérations nécessitent du temps, des hommes et bien des tracas. En comparaison, même les affreuses mines de charbon semblent beaucoup plus simple. Surtout qu’il suffit d’un kilogramme de charbon pour produire l’énergie de deux kilogrammes de bois.

Cette logique  décrite ici pour le bois et le charbon vaut encore davantage pour les énergies plus denses et plus facilement extraites et transportées que sont le pétrole et le gaz. Comment voulez-vous qu’une exploitation forestière soit compétitive par rapport à un puit de pétrole “classique » (où le pétrole jaillit par milliers de litres) et un oléoduc (qui le déplace sans efforts), surtout quand le pétrole est 3 fois plus dense ?

Ce prix extrêmement modique des énergies fossiles a permis leur essor et la généralisation du confort moderne. Le même article anglais donne ici, en bleu clair, les prix du transport de marchandise en Angleterre sur longue période.

Prix energie et prix transport GB 1300-2000 - LSE

On y voit clairement à partir des années 1820 que la chute des prix du transport de marchandise (en bleu ciel) accompagne la chute des prix de l’énergie nécessaire à ce transport (en noir). Cette chute est prodigieuse, les prix ont été divisé par 7 entre 1800 et la seconde guerre mondiale !

Ce qui vaut des transports vaut pour le chauffage, les prix alimentaires, le prix de l’électricité, de l’industrie et toutes les composantes du confort moderne. La massification des énergies fossiles abondantes et bon marché a complétement bouleversé tous les domaines de la vie des hommes.

Densité énergétique :
http://greenecon.net/with-choices-like-biodiesel-and-ethanol-what%E2%80%99s-the-best-fuel-for-your-vehicle/energy_economics.html
Charbon moins cher que bois à Londres dès 1800  (p.12 et p.20 pour les graphs) :
http://www.lse.ac.uk/GranthamInstitute/wp-content/uploads/2014/06/LREnergyPricesREEP2011.pdf

C ) Autres sources :

Espérance de vie en France

Espérance de vie en France depuis 1740 - INED

 

Ce graphique de l’Institut National des Etudes Démographiques (INED) est parfait pour comprendre l’explosion de l’espérance de vie en France. Nous vous le livrons ainsi que sa présentation extrêmement clair par le site de l’INED.

“Ce graphique présente l’évolution de l’espérance de vie à la naissance en France, de 1740 à 2012. L’axe horizontal couvre les 260 dernières années, depuis le milieu du XVIIIe siècle. L’espérance de vie calculée pour une année représente la durée de vie moyenne d’un groupe de personnes qui seraient soumises, âge après âge, aux conditions de mortalité de l’année : entre la naissance et le premier anniversaire, elles connaîtraient le risque de décéder des individus de moins d’un an cette année-là, entre 1 et 2 ans, le risque de décéder des enfants de cet âge la même année, etc.”

https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/graphiques-cartes/graphiques-interpretes/esperance-vie-france/

Mortalité infantile

La mortalité infantile mesure la probabilité qu’a un nourrisson de mourir au cours de sa première année de vie. Pour mesurer à quel point cette mortalité a décliné, nous vous proposons de jeter un oeil à ce graphique issu d’un article scientifique d’un démographe publié dans le revue Population :

La mortalité infantile en France de 1740 à 1829 - Population

On le voit, en 1800, la mortalité infantile était supérieure à 200 pour 1000. Dit autrement, un enfant né en 1800 en France avait plus de 20 % de chances de décéder durant sa première année de vie. Aujourd’hui, moins de 4 enfants pour 1000 (0.4 %) décèdent au cour de leur première année de vie.

Au passage, vous notez que la mortalité infantile est toujours plus élevée pour les garçons que pour les filles. Et oui, n’en déplaise aux virilistes bas du front, dans l’espèce humaine les garçons sont des fragiles ! :)

L’article de la revue Population :
https://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1975_hos_30_1_15697
Un bel article de l’INED sur la question :
https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/focus/la-mortalite-infantile-en-france/

Fécondité

La fécondité se mesure généralement par le nombre moyen d’enfants par femme. Le graphique ci-dessous est issu lui aussi d’une étude excellente de l’INED.

Fécondité en France depuis 1800 - INED

Il montre qu’en France (courbe bleue) les femmes de 1800 avaient 4.5 enfants en moyenne. On voit bien comment le développement économique des XIXème et XXième siècle a permis de faire baisser ce taux autour de 2 enfants par femme aujourd’hui.

L’étude de l’INED :
https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/19155/487.fr.pdf

Mortalité maternelle

La mortalité maternelle c’est la probabilité de mourir à l’occasion d’un accouchement. En 1800, la mortalité maternelle en France était autour de 10 pour 1 000 naissances. Ce taux de 1 % représente donc 4.5 % de chances de mourir pour les femmes qui, en 1800, avaient en moyenne 4.5 enfants au cours de leur vie.

Aujourd’hui, la mortalité maternelle en France est à 10 pour 100 000 naissances (soit 0.1 pour 1000 naissances ou 0.01 %) , dont, et c’est important de le noter, 56% de décès “évitables” selon l’Institut National de Veille Sanitaire.

Mortalité maternelle en France autour de 1800 (p.4)  :
https://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1983_num_38_6_17819
Mortalité maternelle aujourd’hui :
https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2017/mortalite-maternelle-la-baisse-amorcee-des-deces-par-hemorragie-se-confirme-mais-des-inegalites-demeurent

Main d’oeuvre agricole

En 1800, une immense partie de la population française dépendait directement de l’agriculture. 77 % des Français habitaient les campagnes, 66 % des ménages français dépendaient de l’activité agricole pour vivre. L’agriculture était le premier – et de très très loin – vivier d’emploi. L’historien rural Paul Bairoch estime qu’en 1830, plus de 60 % des hommes travaillent dans l’agriculture.

Aujourd’hui, seuls 2.8 % des actifs travaillent dans l’agriculture. La proportion a été divisée par 20 depuis 1800, tout ça grâce aux carburants fossiles et aux machines qui ont permis l’explosion de la productivité agricole !

Sources 1800 :
https://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1977_num_91_1_3127
https://www.persee.fr/doc/ecoru_0013-0559_1988_num_184_1_3884

Sources aujourd’hui :
https://www.insee.fr/fr/statistiques/1906677?sommaire=1906743
Bonus : qu’est-ce que la campagne aujourd’hui ?
http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/definition-espace-rural-france

Régime alimentaire 1800

Le régime alimentaire paysan dans la France de 1800 ne fait pas particulièrement rêver – peu de variété, peu de graisses, pas de viandes. Voici la description qu’en donne l’historienne de la ruralité Rolande Bonnain-Moerdijk.

L'alimentation paysanne en France entre 1850 et 1936 - Etudes Rurales

Nous vous reproduisons aussi un paragraphe magnifique sur le pain, issu du même article d’Etudes Rurales. 

“ Le pain, bis ou noir, occupe une place très importante, tant symbolique que nutritionnelle. Celui de froment reste réservé aux gens aisés et la production de grain noble est vendue. Dans le Forez, le premier moulin qui sépare le blé du son est construit en 1879 seulement. Pour le pain ordinaire, les mélanges varient selon les régions. En Savoie, il reste de seigle mêlé à l’orge et aux pommes de terre, la farine de fève ayant disparu la première. En Bretagne, l’orge y est associée au seigle et au froment, sauf dans les terres pauvres où il est de seigle uniquement. Dans le Sud- Ouest comme en Saône-et-Loire, il est mêlé de maïs. La cuisson du pain se fait dans le four familial tous les huit ou quinze jours mais, dans les Alpes- Maritimes, le four communal est utilisé jusqu’en 1905. En Savoie, la cuisson n’a lieu que tous les six mois. En Ille-et- Vilaine, c’est un fournier qui s’en charge (un pour dix fermes environ). Partout, elle donne lieu à une cérémonie marquée par la confection de galettes, faites de pâte à pain légèrement améliorée de graisse ou de lait, qui permettent d’attendre que le pain soit prêt à être consommé. Aliment de base, il ne couvre pas les besoins familiaux en céréales. On l’économise en lui substituant des crêpes fines ou épaisses qui ont l’avantage de ne demander que peu de combustible, peu de temps de préparation et de cuisson, et un matériel rudimentaire. Leur confection ne nécessite qu’un simple tour de main facile à acquérir alors que le pain, qui doit pouvoir se conserver entre deux fournées, est l’aboutissement d’une longue suite d’opérations exigeant beaucoup d’énergie et de savoir- faire.

Autres préparations à base de céréales, les bouillies. Elles occupent encore une place très importante dans le système alimentaire, comme en témoigne le nombre élevé des termes les désignant en fonction de la graine utilisée et du liquide de cuisson. Les restes de bouillies, cuits et refroidis seront découpés en morceaux, frits avec un peu de saindoux pour le prochain repas.
Dans les régions à sols acides, on mange beaucoup de châtaignes blanchies dont la préparation, précédée de nombreuses manipulations, s’est faite au cours des longues veillées.”

L’article d’Etudes Rurales :
https://www.persee.fr/doc/rural_0014-2182_1975_num_58_1_2019

Tout le monde aux moissons

Pour vous faire une idée de ce que représentaient les moissons au XIXème siècle, nous vous reproduisons ici un extrait d’un texte d’Auguste Diot. Dans ce texte écrit aux alentours à la fin des années 1920, cet ancien cultivateur de la Brie raconte ses souvenirs de moissons. En voici un extrait :

“Avant l’emploi, aujourd’hui généralisé, des machines agricoles, c’est-à-dire il y a une trentaine d’années, le fauchage et le moissonnage se faisaient à bras d’hommes. Il y a soixante-dix ou soixante-quinze ans, tous les grains étaient battus au fléau. Ces divers travaux étaient effectués à la tâche, les faucheurs et les moissonneurs étant payés d’après le nombre d’arpents coupés par eux ; les batteurs en grange suivant le nombre de boisseaux de grain qu’ils avaient battus. Le fauchage étant terminé à l’époque du battage, les faucheurs devenaient ordinairement des batteurs à l’automne et en hiver.

La moisson qui se faisait à la faucille (soyage) il y a quatre-vingts ans, puis ensuite à la faulx (piquage), la moissonneuse-lieuse n’ayant complètement remplacé le piquage que depuis vingt-cinq ans environ, la moisson était effectuée par eux-mêmes chez les petits cultivateurs et, dans les exploitations plus importantes, par des vignerons soit du pays, soit de la Champagne (de l’Aube) ou de la Basse Bourgogne qui avaient l’habitude de quitter chaque année leur pays pour venir faire la moisson en Brie, plusieurs étant accompagnés de leurs femmes.

La moisson étant le travail le plus urgent et le mieux rétribué de l’année, la plupart des gens d’un métier autre que la culture dans les villages, l’abandonnaient pendant un mois pour se livrer à ce travail, tels les maçons, les charpentiers, les menuisiers, étant aussi dans l’obligation de ne pouvoir pratiquer leur métier ordinaire pendant ce temps, puisque les cultivateurs, entièrement absorbés par leurs travaux de moisson, ne pouvaient s’occuper de charrier les matériaux dont ces artisans ont continuellement besoin là où ils opèrent. Les cantonniers des routes, eux-mêmes, avaient un congé d’un mois, donné par leur administration pour leur permettre également d’aider à la moisson.

Les moissonneurs (dits moissonneux) étaient au travail avant l’aube, ayant emporté leur déjeuner qu’ils mangeaient vers sept heures. A onze heures on leur apportait, de la ferme, dans le champ, leur dîner consistant en soupe, pain, viandes variées, mais souvent le pot-au-feu, c’est-à-dire bœuf, porc et choux ensemble, fromage et salade, un litre de vin du pays par personne et de l’eau dans de grosses bouteilles en grès. Après dîner, les moissonneurs se reposaient pendant une heure, à l’ombre de gerbes mises debout, puis ils reprenaient leur travail. Au goûter de quatre heures, on mangeait les restes du dîner, mais surtout du fromage. Dans certaines fermes on ne donnait, comme nourriture, que la soupe et la pitance, c’est-à-dire le pain et le vin non compris que les moissonneurs se procuraient eux-mêmes. Les moissonneurs habitant la localité n’étaient ordinairement pas nourris par l’employeur.

Les moissonneurs ne quittaient le travail qu’à la nuit complète (à la raide nuit, selon l’expression). Ils soupaient de soupe au lait et de charigot, de miroton ou autres mets et légumes variés. Ils couchaient dans les greniers sur des lits étendus sur le plancher, les jeunes dans le foin ou la paille.”

Source :
https://chapellerablais.pagesperso-orange.fr/site%20archives/html-docs/docs-patois-moissons.htm

Construction du canal de Suez VS Saint-Gothard

Le canal de Suez a été percé entre la Mer Rouge et la Mer Méditerranée pour raccourcir la route des Indes – plus besoin de contourner l’Afrique par le Sud. C’est la France qui a obtenu la concession pour ce colossal travail.

Les 163 kilomètres de voies navigables ont été creusés dans les années 1860 (1859-1869)  par 1.5 millions d’Egyptiens. Ce n’était pas des travailleurs “classiques”, ils effectuaient la “corvée” réglementaire, un espèce de travail forcé d’intérêt général qui ressemblait à s’y méprendre à de l’esclavage.

Ils étaient 20 000 à travailler en même temps, souvent à la pioche, parfois avec de simples bâtons. La compagnie ne leur fournissait ni matériel ni, trop souvent, le nécessaire pour vivre. Des milliers de ces “esclaves” sont morts d’épidémies ou d’accidents durant la construction. Si vous voulez vous informer sur cette horreur de l’histoire récente, nous vous recommandons le documentaire Arte en source.

Lorsqu’on se concentre, comme ici, sur ce que l’énergie a changé à notre monde, on peut comparer le million et demi d’Egyptiens mobilisés pour les 163 km du Canal de Suez avec les 1 500 Suisses et Italiens qui ont percés les 150 km de galeries du tunnel ferroviaire dit “Base Saint-Gothard”. La construction de ce tunnel percé sous 2 500 mètres de roches a également pris 10 ans. Seulement grâce à des immenssisimes tunneliers fonctionnant à l’électricité, il a fallu 1 000 fois moins d’hommes que pour Suez.

Le documentaire Arte sur Suez :
https://www.youtube.com/watch?v=joDHHrWRL6E
Le Tunnel base Saint-Gothard :
https://company.sbb.ch/fr/medias/dossier-pour-les-journalistes/dossiers-supplementaires/tunnel-du-saint-gothard.html

La productivité qui explose

Evidemment, l’utilisation massive des énergies fossiles et l’explosion du nombre de machines autour de nous se sont traduites par une explosion de la productivité par tête.

La productivité mesure la quantité produite (mesurée en tonne ou en valeur) par une unité productrice (par travailleur, par machine etc.). Couramment, la productivité désigne le plus souvent la productivité des travailleurs. Celle-ci s’obtient en divisant le PIB par le nombre de travailleurs.

En voici une série sur longue durée reconstituée à partir des données de la Banque de France.

Long-Term Productivity Database France

Source :
http://www.longtermproductivity.com/interact.php#graph

Lave linge invention féministe

Pour comprendre l’importance cruciale du lave-linge pour libérer du temps aux femmes, quoi de mieux que ce témoignage du médecin épidémiologiste suédois Hans Rosling. Il décrit son enfance dans la Suède des années 1950’s et l’émerveillement de sa mère et de sa grand-mère devant l’irruption de la machine à tambour. Ci-dessous un lien vers sa conférence Ted avec la transcription en français.

Source :
https://www.ted.com/talks/hans_rosling_and_the_magic_washing_machine/transcript?language=fr

14 commentaires

  • Marssac dit :

    Bonjour,
    Problème d’affichage des graphiques et images

    Cordialement

    • HASSENFRATZ dit :

      Osons comprendre? Vous tenez un discours profondément stupide, car vous n’avez rien compris. J’utilise le mot stupide, car votre discours sert les lobbys.
      Une transition énergétique (remplacer les énergies fossiles par??? – c’est urgent!) à population constante (elle est croissante) et à énergie constante (la consommation d’énergie est croissante) est tout simplement impossible. Je vous invite à prendre contact avec M Jancovici (sa conclusion est diamétralement opposée à la vôtre) que vous citez.
      Pour faire simple, il faut consommer moins d’énergie (par choix ou par manque de ressource – ça, vous l’avez compris), donc gérer la décroissance inévitable.
      L’humain déséquilibre l’écosystème terre en consommant de l’énergie avec des déchets type CO2, s’accapare au détriment du vivant de tous les espaces (chute de biodiversité), brûle toutes les ressources non renouvelables… et au final sur une balance, la masse biologique des animaux sauvages est devenue ridiculement petite devant la masse des 7,7 milliards d’humains et ses milliards de milliards de… d’animaux domestiques. L’humain comme tout vivant dégrade l’écosystème. Depuis 1800, grâce à sa maîtrise à transformer l’énergie – en fait depuis le néolithique – avec sa baguette machine, il est devenu super prédateur, nuisible, invasif et a une bite colossale. Quand des cochons bois remuent la terre de notre écosystème (bizarrement, il y a des barbelés partout!), l’humain cherche le fusil pour en réduire la population.
      Je vous invite à remuer vos neurones pour trouver des réponses (pas forcément des solutions) adaptées à la crise et reformuler votre présentation.

      Pour comprendre que vous travaillez pour les lobbys, le vous ajoute le complément ci-dessous :
      « La COP25, un sommet crucial pour éviter la décroissance : La COP25 s’ouvre ce lundi à Madrid sur fond d’augmentations persistantes des émissions de CO2, malgré tous les engagements précédents. Pour le monde économique, l’alternative est simple : réduire très vite les émissions ou être confronté à la décroissance économique. »
      https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/la-cop-25-un-sommet-crucial-pour-eviter-la-decroissance-1152719
      La une du journal « Les Échos » lundi 2 décembre.
      Pour réduire les émissions de CO2 de nature anthropique, il faut réduire notre consommation d’énergie. Notre croissance repose à tout point de vue sur notre consommation d’énergie et il est impossible de découpler croissance et consommation d’énergie (dixit Jancovici).
      Dans un direct avec le journaliste Bourdin, j’entends que l’écologie doit être rentable. Stupéfiant! La musique diffusée est que les états doivent investir (créer de la dette) et les sociétés internationales apporteront des réponses techniques pour récupérer le pognon. Et les riches continuent de devenir plus riches avec la même croissance que le CO2.
      Malgré les rapports alarmants et la mobilisation citoyenne, le monde tergiverse depuis 25 ans. Il y aura une réponse avant les 25 prochaines années.
      Ps : Vous avez incontestablement fait beaucoup de recherches, mais votre conclusion est insoutenable. Je vous invite à bien comprendre ce que signifie « énergie ». Voir et comprendre Étienne Klein (vidéo sur l’énergie), François Roddier, le Réveilleur et bien sûr Jancovici. Puis, il faut aller au-delà de l’énergie et comprendre le fonctionnement d’un écosystème. Courage.

  • Ludo OsonsCauser dit :

    On a réglé ça, merci !

  • Mathieu Lebrun dit :

    C’est bien d’avoir cité Mr Jancovici, votre discours est très proche de ses cours/conférences. Une différence notable sur la transportabilité du charbon. De mémoire, JMJ s’appuie sur le fait qu’aujourd’hui les pays n’en disposant pas sur leurs sols (ou pays frontaliers) n’en consomment presque pas, notamment concernant la « production » d’électricité. Un solide est bien plus difficile à transporter qu’un liquide ou même un gaz.

  • Jean-Marc Bergé dit :

    Jusqu’à présent j’adhérais totalement à vos vidéos : claires, très pédagogiques et irréfutables. Par contre je ne sais que penser de celle-ci. Si elle est le premier chapitre d’autre chose on ne peut qu’adhérer. Mais quel est le second chapitre ?
    Si je me réfère à vos vidéos passées, pas de souci, mais… ce qui m’inquiète c’est la référence à Jean-Marc Jancovici « chantre » de l’énergie nucléaire et actuellement « collaborateur » macroniste.
    vivement la suite pour savoir.

  • Benjamin Jourdren dit :

    test

  • Clément dit :

    Comme Jean-Marc, j’apprecie D’habitude beaucoup votre travail mais je suis assez dubitatif quand à cette vidéo… un point de vue uniquement « pays-richocentré » ce quiz st étonnant de votre part. De plus, j’ai l’impression que le point aurait pu être fait en moitié moins de temps. Un peu trop brouillon parfois. Le billet de blog est cependant un bon complément à la vidéo : Peut-être faire plus concis tout en développant un peu plus dans le billet ensuite ?

  • Oli Pitch dit :

    salut, super boulot pour résumer le sujet !! Bravo !!

    J’ai noté une erreur : le charbon n’est pas facilement transportable en masse. Il faut des terminaux specifiques, il faut pouvoir transporter des grandes quantités, c’est pas simple du tout. C’est pour ca qu’on considère le charbon comme une énergie locale (comprendre nationale).

    2 choses qu’ils auraient été bon d’ajouter à mon sens dans la video:
    – la proportion de la population qui sont dans les campagnes et la taille des villes. En cas de fin de l’énergie fossile, on ne peut pas tenir des villes de la taille de Paris par exemple. Et donc une grande partie de la population devra travailler à nouveau dans les champs.

    – je crois que ce n’est pas assez dit dans la video (c’est dans le billet) mais les énergies fossiles sont les énergies qui par leur collecte, leur transformation et leur utilisation contribuent aux émissions de gaz à effet de serre. Un tableau qui montre les ordres de grandeur aurait pu clarifier un peu de quoi on parle.
    En tout cas, super boulot !!! J’ai hâte de voir la suite !

  • Claire dit :

    Bonjour à vous trois, j’ai trouvé votre vidéo très bien faite à tous les niveaux : explication très claires, déroulé du sujet fluide, images bien à propos.
    Du super boulot, bravo à vous et merci pour tout ce que vous faites, vous êtes au top !!
    Comme vous le dites dans la vidéo, il y a aussi d’autres raisons à l’amélioration du mode de vie depuis 1800, et notamment la création de la sécurité sociale et des autres acquis sociaux après la seconde guerre mondiale. Cela est très bien illustré dans le documentaire « La sociale ». Ce n’est pas le sujet ici mais comme c’est lié, je me suis permise d’ajouter ce point en commentaire ;-)
    Bises !

  • Olivier Blanchard dit :

    Bravo à vous, c’est clair et digne de « osons causer ». La suite est attendue. Le format long doit être utilisé avec parcimonie afin de ne pas « effrayer » les plus impatients. 5 minutes c’est très bien, et suffisant dans certains cas. 20 minutes c’est bon pour ceux qui ont du temps ou les fans. À réserver donc aux sujets les plus complexes, mais je crois qu’on peut vous faire confiance…
    Bon courage pour la mise en ligne de « osons comprendre »…

  • Tom dit :

    Sur les graphiques de l’espérance de vie en France et de la mortalité infantile, il semble que la période révolutionnaire et celle de l’empire (à l’exclusion de sa chute), ont participé à nettement améliorer les scores…

  • Jean-Marc Bergé dit :

    Je n’aime pas le ton employé par Hassenfratz. Mais je suis assez en accord avec lui : la croissance qu’on le veuille ou non c’est fini. Volontairement : on gère et tout se passe à peu près bien. Ou bien la décroissance nous est imposée par le mur que nous ne manquerons pas d’atteindre : catastrophes écologiques, pénuries entrainant des guerres, etc… .
    Nous occidentaux devons aussi savoir que notre prospérité et le confort décrits dans la vidéo n’ont été possibles que parce que des peuples n’y ont pas eu accès et que nous les avons exploités.
    Les pratiques de l’économie libérale ne sont pas tenables : le bien être ne se fera pas dans une fuite en avant par la compétition, la consommation et le laisser faire mais par de meilleures répartitions des richesses à l’intérieur des pays et entre les pays.
    D’accord avec M Jancovici pour dire qu’il faut se mettre au régime énergétique. Par contre sa solution du nucléaire qui est une énergie polluante et dangereuse est une aberration. Je me demande même si tout son discours n’a pas comme but principal la défense de cette source d’énergie.
    Le nucléaire ce sont des catastrophes (Tchernobyl, Japon et d’autres qu’on ne connait pas ou évitées de justesse), des déchets ingérables, des coûts faramineux et la possibilité de passer de l’usage civil à l’usage militaire.

  • DI LUIGI dit :

    très belle initiative, merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *